Le quart d'heure

{Journal de bord d'une infirmière libérale}

Archives Mensuelles: mars 2010

Les médicaments en vrac

« Passages IDE à domicile, 2 fois par jour, pour préparation et administration de médicaments, pendant 3 mois« … Ma patiente, Madame Jeannette atteinte de la maladie d’Alzheimer, fait le bazar dans ses médicaments, prend ceux du matin pour ceux du soir, ou alors double dose quand il ne faut prendre qu’un seul comprimé. Je lui explique et re-explique le pourquoi de cette ordonnance, elle se rebiffe « je sais ce que je fais« , elle accepte toutefois de les prendre en ma présence, au terme d’une longue tirade « pourquoi vous êtes ici déjà? », « vous êtes l’infirmière je crois » et « ce comprimé je l’ai déjà pris non? »…

Tous ses médicaments sont entassés en vrac dans une grande corbeille, je prépare dans la foulée ceux de ce soir que je range dans un petit pot, que je garderai avec moi. Je perds du temps à préparer les médicaments, mais je vais voir comment je vais m’organiser avec elle, comment elle se comporte vis-à-vis du traitement. Lorsque je repasse le soir, elle a vidé sa fameuse corbeille, certains médicaments sont sortis de leur emballage, je ne sais pas trop ce qu’elle a fait ni pris. Du coup, j’hésite à lui donner ceux du soir, je ne peux pas continuer ainsi, il y a un risque de double ingestion. Je détourne le problème et lui dit « je vais prendre vos médicaments pour les préparer au cabinet, et commencer un pilulier pour la semaine ». J’ai également prévenu sa fille (très présente), pourquoi j’ai pris tous ses médicaments.

Madame Jeannette a mis plus de 4 mois avant d’assimiler les passages infirmiers. Certains matins, elle semble m’attendre, d’autres jours, elle oublie qui je suis, et pourquoi je viens, souvent elle râle aussi. Le médecin a prescrit un nouveau traitement à base de Mémantine (pour traiter la maladie d’Alzheimer), nous devons surveiller les éventuels effets secondaires (fréquents) avec ce nouveau médicament, et puis elle prend de l’Amiodarone pour ses troubles du rythme cardiaque. Mon rôle ne s’arrête pas à la préparation et distribution des médicaments, mais il ya aussi la surveillance des effets secondaires et si le traitement est efficace. La seule entourloupe à gérer avec ce genre de prescription est: qui s’occupe de renouveler le stock de médicaments ? Il m’arrive de dépanner et d’aller moi-même à la pharmacie pour aller chercher le traitement (de toute façon la patiente oublie d’y aller), mais sinon j’insiste pour que l’entourage participe activement (« pour une prise en charge optimale à domicile, les enfants/la famille doit être présente, je ne peux pas tout faire ni tout gérer« , mon leitmotiv souvent répété…).

Et la facturation dans tout ça ? La gestion du traitement per os, est un acte non inscrit à la Nomenclature générale des actes professionnels (NGAP).

Il est alors nécessaire de rédiger une DSI (démarche de soins infirmiers). Ce soin sera côté en AIS 3. Dans ma région, mes médecins ne rédigent pas de DSI prescription, je fais comment alors ?  Après quelques recherches, j’ai trouvé la réponse à ma question: à défaut de DSI, c’est une entente préalable qu’il faut réaliser. Les diagnostics infirmiers utilisables pour la gestions des traitements per os sont: gestion inefficace du programme thérapeutique, non-observance du traitement, manque de connaissance et risque d’intoxication.

La DSI offre une réelle autonomie pour l’infirmière libérale. C’est le premier support que nous disposons pour signifier notre champs de compétences, tel que défini dans le rôle propre. C’est vraiment dommage que dans ma région, personne n’utilise la DSI.

Publicités